Description du projet

Margot Issaly

Expositions

Exposition MARGOT ISSALY

Margot Issaly

Malgorzata Korzinska, initialement connue sous le nom de Margot Issaly, je suis née en Pologne en 1955. De mon enfance à la campagne, près de Varsovie, je garde l’émerveillement d’une nature toute puissante, omniprésente et lumineuse.

Arrivée en France, je cherche à la retrouver en faisant de l’aquarelle dans les années 80. Mais rapidement, la force et les volumes me manquent et je me tourne vers la sculpture.

La beauté de la glaçure céramique et son onctuosité m’amènent vers Lesley Dumont et Camille Virot qui m’initient au raku à la fin des années 90 et le travail que je vais développer en solitaire pendant quelques années dans mon atelier personnel, aménagé en conséquence. Le four, réalisé par mes propres soins, pouvait monter rapidement à 800°. Le choc thermique était provoqué par la sortie des pièces, leur enfumage ou leur immersion dans l’eau. Les couleurs n’étaient obtenues qu’à partir de colorants naturels, d’oxydes métalliques. A ma soumission aux rigueurs de la technique s’ajoutait l’acceptation pleine et entière des accidents, de l’imprévu. Les deux répondaient ainsi à cette nature en moi qui ne demandait qu’à éclore. Les premières expositions et ventes ont confirmé l’intérêt de collectionneurs privés pour mon travail.

La porcelaine fait son apparition dans mes recherches en 2009. Dans un four électrique, les pièces cuisent à des températures très élevées, plusieurs fois consécutivement, pour que la pièce puisse du biscuit devenir de la porcelaine vernissée. Je crée alors des tableaux-sculptures très inspirées par la Corse où je m’installe.

Le glacis à l’huile, enseigné par l’artiste peintre, Blandine Mulliez, confirme cette recherche entre la texture, la couleur et la lumière. Au delà de l’aquarelle, très proche des oxydes métalliques des couvertes, j’y retrouve les accidents du raku avec une mise en œuvre plus souple.

La rencontre de mes pièces, réalisées en porcelaine, avec l’univers coloré du glacis offre un lien entre la forme et la couleur, l’opacité et la transparence, l’austérité et la douceur. Une liaison qui invite au trouble.

Entre la nature corse et la vie culturelle parisienne, je travaille actuellement sur un rapport entre la sculpture, plutôt sédentaire, et le bijou, par essence nomade. De petites (ou peut-être grandes, à venir) installations.

On dit de moi :

Margot est une insatiable curieuse de toutes les formes, textures et couleurs qui nous entourent à l’épreuve de la lumière. Photographe à ses heures, peintre puis sculpteur, elle est comme en alerte, vigilante à l’imperceptible modification de la matière avec le temps, fascinée entre sa fragilité et ses capacité à se réinventer. Les voluptueuses rondeurs de ses, démesurée et charnelles, pommes sont les premières réponses très personnelles d’une artiste qui s’affirme. Le choc thermique qui suit la cuisson rapide du raku à une température élevée provoque des craquelures qui s’ajoutent aux ouvertures, aspérités et griffures du modelage. Mais la porcelaine et les grès attirent aussi l’artiste par leur souplesse et leur rendu tendre et soyeux. Alors naissent de courtes séries de pétales, de tiges et de graines stylisées. La démarche artistique de Margot est comme dictée par la Nature. Du fruit, la pomme, sortent les graines qui vont germer

pour donner des fleurs, d’autres graines, d’autres fruits… Le rapport entre l’arbre nourricier (la Pologne de son enfance) et tous les autres arbres (lieux de travail et de recherche en France) amène Margot à vivre comme une graine voyageuse qui s’enracine et fleurit avant de repartir. Certaines pièces composées font même de légers cliquetis lorsqu’on les porte. D’autres associent avec la soie teinte manuellement par Urszula Korzinska, créatrice textile, sa soeur. Lorsque la peinture au glacis à l’huile arrive dans le cheminement de Margot, elle n’abandonne rien de ses acquis. En associant tout l’éventail des techniques acquises, l’artiste nous invite dans son monde imaginaire, ses forêt, ses potagers et ses jardins sous-marins. Suivons-la !

Anne G.

NOUVEAU CONCEPT

Une sculpture sédentaire qui abrite un bijou nomade. Chacune de deux oeuvres est aboutie sur elle même. Mais elles dialoguent ensemble. Elles partagent une histoire commune..

Ateliers d’Art de France – Boutiques Talents Paris Galerie Terre d’Aligre Paris 11e Galerie Myriam H Paris 7e Galerie Paris Taixart rue Androuet Paris 18 Festival des Arts contemporains Senlis (60) l’Art à CDG Roissy (95) Carlin Gallery Paris 6e Hotel Sofitel à Roissy (95) Salon d’Art Contemporain ADAIS Senlis (60) – prix spécial du jury pour l’Installation Salon d’Art Contemporain MANGANEZ Vaurèal (95) Salon d’Art Contemporain ARAMI -Ermont (95) APLA Ateliers d’arts Paris 19e Salon d’Art contemporain ADAIS Senlis (60) – prix de la sculpture

Margot Issaly  – http://www.margotissaly.com